Ensemble Scolaire d’Amboise

Actualité du collège

22 Janvier 2021 : Journée franco-allemande

22 Janvier  fête de St Vincent ? Pas seulement !

Le 22 Janvier 1963 est une date importante pour l’amitié franco-allemande. En effet ce jour-là, le premier Chancelier fédéral allemand : Konrad Adenauer et le Président de la République Française : le Général de Gaulle signent le Traité de l’Elysée qui marquera le début de l’amitié franco-allemande et celui du « couple franco-allemand ». Ces deux hommes ne voulant plus de conflits entre les deux pays belligérants ont décidé, par ce Traité, de marquer le rapprochement des deux peuples.

Au collège, nous avons voulu fêter à notre manière cette date : à commencer par le menu de la cantine. Il proposait ce jour-là, un plat traditionnel : la choucroute qui a été appréciée par tout le monde. Madame Koch, l’enseignante d’allemand avait demandé aux élèves de 6 ème bilangue allemand de faire des affiches pour le menu en allemand et d’en créer d’autres avec les façons de saluer dans la langue de Goethe. Aussi voyait-on fleurir des affiches à la cantine ou sur le chemin l’y menant, par exemple.

Madame Belvoy, documentaliste a également participé à cette journée en exposant au CDI des affiches et des livres en allemand.Ouvrages que les élèves peuvent consulter sur place ou même emprunter.

« Vive l’amitié franco-allemande ! » « Es lebe die deutsch-französische Freundschaft !» (phrase finale de discours du couple franco-allemand)

Mme Koch

250ème anniversaire de la naissance de Ludwig Van Beethoven

Le 17 décembre 2020, les élèves ont été accueillis avec les notes de la 4ème symphonie de Beethoven à l’occasion du 250ème anniversaire de sa naissance.

Ludwig van BEETHOVEN   17 décembre 1770 – 26 mars 1827

A la fin de 1821, un anglais, Sir John Russel, écrit ses souvenirs alors qu’il vient de rencontrer Beethoven dans le feu d’une de ses dernières improvisations pour piano :

« Du moment où il se met au piano-forte, il ne sait certainement pas qu’il existe quelque chose au monde en dehors de lui et de son instrument. Quand on pense qu’il est sourd, il paraît impossible qu’il entende tout ce qu’il joue. Quand il joue très doucement, il arrive souvent qu’il ne produise pas un son. Il n’entend qu’avec les oreilles de l’esprit. Tandis que ses yeux et le mouvement presque imperceptible de ses doigts indiquent qu’il poursuit la phrase dans sa tête à travers toutes ses nuances mouvantes, l’instrument est en réalité aussi muet que le pianiste est sourd […] Laissé seul, Beethoven se mit alors lui-même au piano-forte. D’abord il ne fit çà et là que de brefs accords sans suite, comme s’il craignait de se faire pincer pour quelque gaminerie ; mais peu à peu il oublia tout autour de lui, et pendant une demi-heure environ, se perdit dans une improvisation dont le style était extrêmement divers et se caractérisait surtout par les modulations les plus dures. Les connaisseurs étaient ravis ; pour les profanes, le plus intéressant était d’observer comment la musique passait de l’âme de cet homme sur son visage. Il paraissait avoir des sentiments plutôt hardis, impérieux et orageux que calmes et langoureux. Les muscles de son visage s’enflaient, ses veines saillaient. Le regard farouche roulait avec violence, la bouche remuait, et Beethoven semblait un magicien qui se sent maître des esprits qu’il a évoqués. »

Parrainage entre des élèves de 6° et de 3°

Dans un collège, à la rentrée, se côtoient des élèves aguerris car c’est leur quatrième du genre et d’autres un peu stressés car c’est pour eux une première. C’est à partir de ce constat simple que proposition a été faite aux élèves de 3e d’accompagner ceux de 6e pendant les premières semaines de l’année : Je suis perdu devant mon casier ? Je cherche ma salle de classe ? Je ne comprends pas mon emploi du temps ? ou ai-je un problème dans la cour ? Au secours, mon parrain, ma marraine ! Et c’est ainsi que 65 binômes ont été constitués, sur la base du volontariat.

Les 6° sont ravis :

  • C’est pratique qu’un 3e nous aide (Maxence)
  • Cela nous fait avoir des amis (Maxime)
  • C’est cool car on peut échanger des discussions avec les 3e (Alexia)
  • On se voit souvent avec ma marraine de 3e et on se dit bonjour (Gauthier)
  • Ca me fait prendre confiance en moi de savoir que quelqu’un est là pour m’aider (Nathan)

Les 3e aussi :

  • On est tous passé par la 6° et on aurait apprécié d’être accompagnés (Paul et Ambre) D’autant que cette année, la situation sanitaire compliquait les choses (Clémence)
  • Ça permet de mixer les générations, de connaître les 6° (Alexandre et Simon)
  • On crée une relation, on devient une épaule sur laquelle s’appuyer (Ambrine et Anabelle)

Qui pourra encore douter que nos jeunes ont du cœur ? Merci aux 3e engagés. Et bonne année à tous !

Exposition de l’œuvre d’Antonio José JAENADA

Les cimaises de l’ensemble scolaire d’Amboise accueillent l’œuvre d’Antonio José Jaenada du 1er octobre au 16 octobre 2020.

 Antonio José Jaenada est un artiste espagnol installé depuis 2012 dans le Tarn. Formé à l’école des Beaux Arts de Grenade en 2007, il a continué ses études en Histoire de l’Art dans la même université de Grenade. Il a ensuite obtenu son diplôme d’études avancées à l’école de Beaux Arts de Barcelone. Ayant sa candidature au doctorat par l’université de Grenade, il décide de rentrer en France pour s’y installer définitivement en 2012. C’est à partir de ce moment là que sa recherche plastique se concentre sur  le corps et le portrait. Mais ce questionnement est très vaste. Il trouve de l’inspiration dans un portrait presque caricatural de la société et son comportement dans la culture, ce qui l’amène à bouleverser des éléments iconographiques traditionnels et les restituer dans une « para-iconographie » ironique. En même temps, il considère que quelque soit la technique, peinture, dessin ou sculpture, il faut arriver à les maîtriser, ce qui peut parfois provoquer de fortes différences visuelles d’une œuvre à l’autre. Si dans un nombre important d’œuvres on trouve immédiatement la source de son inspiration (Brueghel ou Goya), dans d’autres, il semble replié sur la représentation de la peau et le visage. 

Actuellement, il est concentré dans un projet de représentation du corps à travers une réinterprétation des vénus préhistoriques.

En route pour l’ Allemagne

Cette année, nous n’avons pas la joie de publier un compte rendu de voyage, ni les photos de vos enfants lors des différents voyages en Allemagne, puisque tous les voyages scolaires ont été annulés début mars 2020.

Pour mémoire, nous vous rappelons ce qui est proposé au collège Sainte Marie tous les ans et qui se déroule habituellement :

Voyage découverte de la Bavière et de l’Autriche pour les 6e bilangue et les 5e LV2

Les visites du centre historique de Munich, du château de Louis II de Bavière, de l’univers BMW, des studios de cinéma Bavaria Filmstadt, de Salzbourg en Autriche, ville natale de Mozart comptent parmi les temps forts de cette immersion culturelle d’une semaine. Magnifique voyage : les enfants adorent.

Échange linguistique avec un(e) correspondant(e) pour les élèves de 4e (bilangue + LV2)

Initié il y a 15 ans par une enseignante d’allemand, cet échange avec le lycée de Barsinghausen permet à nos élèves de découvrir le quotidien d’un jeune Allemand de 14 ans et de participer à la vie de sa famille pendant dix jours. Il s’agit d’un beau défi linguistique et civilisationnel à relever et qui donne vraiment du sens à l’enseignement de l’allemand au collège Sainte Marie. Des visites sont également prévues : en particulier Hanovre et Berlin. Les jeunes organisent aussi entre eux des sorties, très souvent sportives.

Ces deux séjours sont réalisés conjointement avec les élèves du Bon Sauveur. Les élèves en ressortent grandis, plus matures, riches d’une belle expérience. Certains partagent même de grands moments d’amitié.

Pour les élèves de 2nde

Pour les élèves de 2nde, un échange scolaire est également en projet. Pour les plus motivés, existe la possibilité de participer à un échange individuel de trois mois avec un correspondant allemand. Lorsque les deux jeunes s’entendent bien, cette expérience peut se révéler inoubliable et très profitable.

Messe de rentrée de l’Enseignement Catholique du Tarn

Messe rentrée DDEC 2020

Un super cross

Jeudi 7 novembre plus de 1000 enfants ont participé au cross organisé pour les écoles et collèges de l’Enseignement Catholique d’Albi, sur le site du collège Bon Sauveur.

Ce cross organisé par les enseignants d’EPS de l’ensemble scolaire d’Amboise a rassemblé des élèves de la classe de CM1 à la classe de 3ème en accueillant parmi eux des jeunes déficients auditifs du CSDA et des jeunes handicapés de l’IME Florentin.

Ce moment de belle solidarité dans l‘effort a permis de créer des liens forts entre les jeunes qui se sont encouragés et soutenus, y compris avec des conditions météo très instables.

Un beau temps éducatif de partage !

Bilan du Bol de Riz

Nous avons eu encore cette année un grand nombre de participants pour le Bol de Riz ! Les profits de cette opération sont versés aux œuvres du diocèse de Maracaïbo (Venezuela) auprès des plus démunis. En effet,  notre prêtre accompagnateur, le Père Gabriel Casas, est originaire de ce diocèse. Il a exposé aux élèves les besoins urgents de la population de là-bas, et ils ont pu comprendre l’importance de ce geste de solidarité.

retraite de profession de foi

La retraite de profession de foi s’est déroulée sur deux jours (16/17 mai) à Dourgne chez les sœurs bénédictines de l’abbaye Sainte Scholastique. Il y avait 7 animateurs, dont les deux prêtres aumôniers des collèges, pour encadrer 57 jeunes de 5ème.

 

 

Nous avons profité du beau temps le premier jour pour faire une randonnée jusqu’à la chapelle Saint Ferréol, avec une vue splendide sur la vallée. Puis entre des temps de réflexion en équipe et des animations de chants, nous avons pu assister le jeudi soir aux vêpres chez les frères de l’abbaye d’En Calcat et à la messe de vendredi chez les sœurs. Les témoignages de Sr Françoise, la sœur hôtelière qui nous a accueillis, et de frère Bernard d’En Calcat nous ont éclairés sur la vie religieuse, et nous ont montré le bonheur qu’ils avaient de vivre leur appel monastique. Cette retraite fût un temps vraiment fort pour les jeunes ainsi que pour les animateurs !

Céline Ramsamy

LES ELEVES DE QUATRIEME A BARSINGHAUSEN

Article paru dans la presse locale en Allemagne.

BARSINGHAUSEN

Der Schüleraustausch zwischen dem Hannah-Arendt-Gymnasium (HAG) und dem Collège Sainte-Marie aus der südwestfranzösischen Stadt Albi hat eine lange Tradition: Schon zum 14. Mal ist jetzt eine Schülergruppe aus Albi am Deister zu Gast. Die 23 Jungen und Mädchen und die beiden Lehrerinnen Marie-Pierre Aubague und Marie-Annick Laurent waren am späten Mittwochabend mit leichter Verspätung in Barsinghausen eingetroffen. Alle sind in den Familien ihrer deutschen Austauschpartner untergebracht. Am Donnerstagvormittag stand für die Gäste bereits die Stadtrallye in der Barsinghäuser City an, die bei keinem Besuch fehlen darf. In Kleingruppen galt es für die Siebt- und Achtklässler aus Albi, 15 Aufgaben zu lösen. So war etwa ein Foto mit einer Person gefordert, die gerade einen Hund ausführt. Herausfinden mussten die jungen Franzosen auch, wie die drei Schuhgeschäfte in der City heißen, wie viele Eissorten im Eiscafé Piccoli im Angebot sind und wie viele Wasserfontänen es am Thie gibt. In den nächsten Tagen tauchen die Gäste aus Frankreich in den deutschen Alltag ein und besuchen unter anderem Hannover und Berlin. Gemeinsam mit den deutschen Schülern steht zudem ein Ausflug nach Celle mit Stadtführung und Besuch des Celler Badelandes auf dem Programm.

TRADUCTION :

L’échange d’étudiants entre le lycée Hannah Arendt (HAG) et le collège Sainte-Marie d’Albi, une ville du sud-ouest de la France, a une longue tradition: déjà, pour la 14e fois, un groupe d’étudiants d’Albi sont invités. Les 23 garçons et filles et les deux enseignantes Marie-Pierre Aubague et Marie-Annick Laurent sont arrivés à Barsinghausen tard mercredi soir avec un léger retard. Tous sont logés dans les familles de leurs partenaires d’échanges allemands. Jeudi matin, le rassemblement dans la ville de Barsinghäuser était déjà ouvert aux invités. En petits groupes, c’était aux élèves de quatrième d’Albi de résoudre 15 tâches. Les jeunes Français devaient également savoir comment s’appellent les trois magasins de chaussures de la ville, combien de glaces sont disponibles dans le café glacé Piccoli et combien de fontaines sont disponibles au centre-ville. Au cours des prochains jours, des invités français se plongent dans la vie quotidienne allemande et visitent Hanovre et Berlin, entre autres……..

1 2 3